Le comité Jean Vilar a déposé un recours contre le multiplexe à la CNAC.

Le 26 janvier 2017, la CDAC du Val d’Oise (Commission départementale d’aménagement commercial)  a donné son accord pour la création du multiplexe d’Argenteuil. Le projet présenté par la société Fiminico a été accepté, mais il faut tout de même indiquer que les membres du comité Jean Vilar n’ont à aucun moment été entendus. Curieuse pratique de n’écouter qu’un seul versant dans le cadre de la validation par la CDAC, mais telle est la procédure!

Comment pouvions nous nous satisfaire de cela? Le comité Jean Vilar, élargi, a donc déposé un recours officiel dans les temps impartis, auprès de la Commission nationale des équipements commerciaux. Nous avons, dans ce recours, précisé nos arguments, et par courtoisie, nous avons mis en copie les acteurs locaux de ce recours.

Qu’avons nous indiqué?

-> Il est possible de remettre en état la salle Jean Vilar pour une somme « modeste », permettant aux associations d’utiliser pour une somme elle aussi modeste l’équipement municipal. Car à ce jour, les associations n’ont aucune solution. Argenteuil ville morte, est-ce cela que nous voulons?

-> Le multiplexe de 9 salles interroge sur l’avenir de notre cinéma de 4 salles, le Figuier Blanc, inauguré en 2009 après des années de lourds travaux en centre ville, et le Jean Gabin. Il est fort probable que ces cinémas auront du mal à survivre, car la demande n’est pas infinie. Pourtant, les films diffusés s’adressent à tous les publics, ils diffusent des films art et essai, des films jeunesse, et des « blockbusters ».

-Le pôle commercial, inclus dans le projet, et l’arrivée d’une FNAC, de restaurants, va concurrencer les commerces du centre ville, et menacer un équilibre commercial déjà compliqué. Comment les deux librairies indépendantes, et de qualité, pourront rivaliser contre la FNAC? Les exemples de librairies de qualité en centre ville qui disparaissent à cause de ces grandes enseignes sont légion. Les restaurants implantés depuis seulement peu d’années survivront-ils à l’arrivée de concurrents?

-> Le site est inondable! La crue de la Seine en juin 2016 avait amené les pouvoirs publics à interdire l’accès de cette zone. On peut d’ailleurs s’interroger sur la pertinence de construire, en sus, 145 logements au même endroit. Et comment aménager les Berges de Seines dans ces conditions, alors que c’est depuis des années une volonté des élus.

Le projet immobilier compliquera encore davantage le nécessaire aménagement des berges de Seine, car il massacre le paysage et coupe la vue sur la Seine  (parking aérien sur 2 niveaux). Dans le recours, nous avons mis en  avant le fait que de nombreux arbres seront abattus, et cela sera une perte.

 

-> Enfin, les aménagements routiers, nécessaires pour réguler le trafic automobile, ne sont pas prévus dans le projet, alors qu’ils auraient dû l’être. Que nous cache-t-on alors? Ou est-ce de l’amateurisme? Comment faire vivre ensemble le site du marché, et le site du multiplexe, surtout les vendredis et dimanche matins, alors que tout le monde (professionnels du marché, consommateurs, habitants du quartiers, élus) s’accorde à dire que la situation est déjà compliquée ces jours-là.

 

Nous devrions être entendus dans le mois qui a suivi le dépôt du recours, et nous ne manquerons pas de revenir vers vous!

article-la-gazette-14022017-argenteuil-un-recours-contre-le-projet-de-multiplexe-a-argenteuil

Publicités