le comité Jean Vilar propose au Maire de discuter de l’avenir de l’île Héloïse

23 mai 2018.  Dans 6 semaines, le 1er semestre sera passé. Or, il était prévu une réunion publique pour rediscuter du projet Fiminco. Trop haut, trop grand, les Argenteuillais ont des avis assez tranchés quand on les interroge sur le futur multiplexe, les 150 logements, et la future salle censée remplacer la salle Jean Vilar. Un peu plus de 7000 signatures ont été recueillies à ce jour, pour exprimer ce désaccord.

Le comité Jean Vilar a pris l’initiative d’écrire à M. le Maire, M. MOTHRON pour demander une entrevue avec lui et voir quelles modifications apporter au projet. N’oublions pas  que le maire s’était engagé en début d’année:  demander au promoteur une nouvelle version du projet, ainsi qu’une réunion publique dédiée au projet et promise pour le 1e semestre de l’année 2018. Si une réponse nous parvient, nous la publierons intégralement.

 

Monsieur le Maire,
 
Après avoir fait appel à Fiminco pour proposer un projet sur l’îlot Héloïse, vous avez constaté que les Argenteuillais, dans leur grande majorité, ne veulent pas de ce projet tel qu’il est. Ils sont très nombreux à rejoindre les objections que nous formulions dès 2016.

Vous avez déclaré demander au promoteur des « modifications substantielles », et nous serons heureux d’en discuter avec vous.

Nous souhaitons un projet d’avenir pour l’ensemble de l’île, qui respecte et valorise son environnement exceptionnel, au bénéfice de tous les Argenteuillais, qui soit attractif pour nos visiteurs, et qui soit économiquement viable à court et à long terme.

Nous rejoignons ainsi l’initiative de l’association ARBRES qui a déclaré considérer les plantations de l’île comme un « ensemble arboré remarquable », et souhaite conventionner avec la Ville à ce sujet.

Nous espérons toujours la concrétisation de vos engagements pour consulter les Argenteuillais, avec l’organisation d’une réunion publique.

Nous tenant à votre disposition pour cet entretien, nous vous prions de trouver ici, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments les meilleurs,
Publicités

une visite de la « structure provisoire »… un vrai chantier!

Les associations argenteuillaises ont été conviées ce mercredi en fin d’après-midi, à venir visiter la structure provisoire, censée accueillir les évènements pendant la phase de démolition de la salle Jean Vilar / reconstruction d’une nouvelle salle par le promoteur privé. Et nous n’avons pas été déçus!

Tout d’abord, le maire a expliqué lors du précédent conseil municipal, que les réservations pour la salle Jean Vilar étaient dorénavant closes, laissant entendre que la structure provisoire prenait le relais… si c’est le cas, nous conseillons d’enlever les échafaudages, de peindre les plaques de plâtre, de poser un sol un peu plus accueillant, de faire les finitions… la preuve en images.

 

 

Passons sur les dimensions largement inférieures à la salle actuelle, qui réduiront la voilure de beaucoup d’évènements. Le manque de qualité acoustique a été soulevé par beaucoup de participants: nous avons constaté le problème quand 10 personnes parlent, il y a une forte résonance. On peut s’interroger l’effet pour un concert, ou un spectacle de danse!

Les membres du comité Jean Vilar ne sont pas sortis franchement rassurés par cet édifice: on s’interroge sur le vestiaire, sous-dimensionné, de même pour l’espace dédié au bar- cuisine.

cuisine structure provisoire 02052018

Le parking va poser problème en semaine: le parking de la gare est à 5 minutes à pied, et il est peu probable qu’il puisse accueillir 100 voitures pour un spectacle un soir de semaine. Comment le forum des associations pourra-t-il  se tenir dans les bonnes conditions des années précédentes, même en utilisant la Halle des Sports Roger Ouvrard? La scène est celle que l’on retrouve à la salle Pierre Dux, on est loin de la scène de la salle Jean Vilar en terme de taille, de profondeur.

Les membres du comité ne sont pas sortis rassurés. La question de l’organisation de certains évènements va forcément poser problème dans les mois qui viennent: salon du livre qui remplit la grande salle,  repas du 3eme âge organisés chaque année. Sans compter le chauffage de la salle, puisqu’en levant la tête,  on a pu admirer un seul  radiateur, un ancien modèle accroché en hauteur. Le recyclage c’est bien, mais pas au détriment de la sécurité ou du minimum de confort!

un 1e mai sous le signe de la mobilisation pour le Comité Jean Vilar! Et les platanes du parc de la salle Jean Vilar sont désormais considérés par A.R.B.R.E.S. comme une ensemble arboré remarquable.

Le Comité Jean Vilar était présent lors de la manifestation municipale organisée au Parc des berges ce mardi 1e mai. L’occasion de rencontrer des Argenteuillais toujours remontés contre le projet de casse de la salle Jean Vilar et l’arrivée d’un multiplexe et d’un supermarché à la place. Encore des personnes ont signé la pétition, car pas ou peu au courant jusque là du projet, et dubitatifs (au mieux!). Nous devrions atteindre les 7000 pétitions signées depuis le lancement en 2017… la mobilisation ne faiblit pas!

1e mai 2018 petition 1

Dans l’après-midi, nous avons rencontré l’association A.R.B.R.E.S., pour défendre les arbres du parc de la salle Jean Vilar.Mais alors pourquoi ces arbres méritent-ils tant d’importance?

C’est à l’agronome Mirabeau, père du révolutionnaire, que l’on attribue les plantations « en quinconces » de l’ancienne île d’Argenteuil, vers 1788. Claude Monet les immortalisait 85 ans plus tard. Elles attiraient les Parisiens le dimanche, pour la promenade, ou lors des fêtes et des régates.

230 ans après leur plantation, elles continuent à dessiner le paysage des bords de Seine, autour des équipements municipaux et malgré la barrière de la 2 fois 2 voies.

Le comité Jean Vilar s’est créé pour promouvoir et valoriser ce site.

Nous avons donc accueilli ce 1er mai à 14 heures l’association A.R.B.R.E.S., pour lui demander d’envisager le classement des plantations de l’île comme « ensemble arboré remarquable ».

L’association A.R.B.R.E.S., partenaire de l’État et de la Région Ile-de-France, a déjà labellisé en France plus de 450 « Arbres Remarquables » et plusieurs « Ensembles Arborés Remarquables », dont le Parc et les Jardins du Château d’Acquigny, et le jardin botanique Godron à Nancy, les jardins de Canon à Mézidon-Canon, le parc Caillebotte de Yerres, le parc de l’abbaye du Valasse en pays de Caux.

Lors de la venue de l’association, la défense du patrimoine végétal du parc s’est matérialisée par la remise de la plaque, pour recevoir le label de l’ensemble arboré remarquable, pour la sauvegarde et la préservation des platanes de l’île d’Argenteuil, lieu d’implantation de la salle Jean Vilar.

 

un retour du conseil municipal de ce mardi soir (27 mars)… et des nouvelles pour la salle Jean Vilar!

Ce mardi soir, se tenait un conseil municipal à Argenteuil. A défaut d’avoir une réunion publique promise pour le 1e semestre 2017 et que nous attendons toujours, le maire Georges Mothron a annoncé que la salle Jean Vilar serait suspendue. Pour quand? Dès le 1er avril? ou après? pas de réponse précise!

La solution est donc de proposer systématiquement la structure provisoire comme lieu en remplacement de la salle Jean Vilar. Rappelons, pour les nombreux Argenteuillais qui ne savent ce qu’est la structure provisoire, qu’il s’agit d’un chapiteau en toile, situé entre la Halle des Sports, et le parc Maurice Audin, au Val Nord.

Le maire a ainsi donné le véritable coût de la structure provisoire, censée durer le temps des travaux (et quid après???): 1,6 million d’euros. Nous avions vu quasiment juste quand dans les réunions publiques de quartier, nous énoncions que le coût serait plus proche des 2 millions que du million. A nos remarques, le maire faisait remarquer que le comité Jean Vilar produisait des contre-vérités… Nos estimations étaient bien justes, nous basant sur les documents que nous avons pu trouver ici et là dans les commissions d’appel d’offre. D’ailleurs il y a quatre mois, nous énoncions 1,2 million d’euro, en sachant qu’il manquait un marché public à intégrer dans le coût.

https://jeanvilarargenteuil.wordpress.com/2017/12/04/plus-d-12-million-deuros-pour-la-structure-provisoire-censee-remplacer-temporairement-la-salle-jean-vilar/

Une chose est certaine, le maire ne tient pas compte de l’avis des Argenteuillais qui, en masse, se prononcent contre la démolition de la salle Jean Vilar et contre ce projet pharaonique, qui ne nous rendra pas service et défigurera notre entrée de ville.

9 pages forts intéressantes: le rapport environnemental qui pose beaucoup de questions…

Le 30 novembre 2017, la préfecture du Val d’Oise a publié un avis de l’autorité environnementale sur le projet d’aménagement du pole Héloïse.

Voici ce qui est demandé par la préfecture, dans le résumé (page 1):

-il faut justifier le choix d’implanter dans une zone inondable

-il faut préciser les modes de déplacements des usagers, et les hypothèses de trafic routier,

-il faut évaluer davantage l’impact sanitaire sur la population

-il faut consolider l’étude paysagère

-et où on apprend qu’une étude d’éventuelle incompatibilité avec une conduite de gaz (proche du site) n’a pas été suffisamment faite.

Le rapport complet est à télécharger ici: avis_autorite environnementale e_-_pole_heloise___argenteuil_30_novembre_2017

N’est-ce pas un peu inquiétant de demander de telles précisions alors que la demande de permis de construire sera bientôt à l’étude? N’y a-t-il pas un peu de légèreté pour ne pas avoir anticipé les réponses à ces questions essentielles? Et enfin, il est étonnant que ce rapport n’ait pas été évoqué lors des réunions publiques organisées par la mairie en janvier et février 2018, alors que ce rapport date du 30 novembre 2017.

En attendant, bonne lecture!

Une grosse semaine pour le comité Jean Vilar: notre 1e réunion publique, le suivi des recours déposés.

Mercredi 13 février s’est déroulée la 1e réunion publique que nous avons organisé, à la salle PVC du centre ville. D’abord, beaucoup de monde, près d’une centaine d’Argenteuillais présents. Il y a eu des prises de parole nombreuses pour informer, donner son avis, se tenir au courant des échéances judiciaires et administratives. Des prises de parole de riverains, de membres de l’association du cinéma indépendant qui se battent avec passion contre l’arrivée des multiplexes qui ont pour conséquence le plus souvent la destruction des salles de cinéma de centre ville…

Qu en ressort-il de cette réunion?

-> Appeler à un référendum local sur le projet de la Municipalité ;

-> Imaginer un projet alternatif, à la fois environnemental et culturel, « Jean Vilar à l’avenir », en consultant les commerçants et les riverains ;

-> Préparer l’enquête publique annoncée pour mars, et faciliter la participation des habitants à celle-ci quand elle aura lieu.

Si l’un ou l’autre de ces chantiers vous intéresse, dites-le nous et restons en contact !

l’article du Parisien: article le parisien 16022018 Argenteuil feu vert commercial au projet Héloïse, les opposants toujours mobilisés

 

Une mauvaise nouvelle et deux bonnes pour l’île Héloïse

Une bonne nouvelle, c’est que l’Autorité environnementale s’est prononcée sur le projet du promoteur Fiminco.

Son avis (http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/avis_ae_-_pole_heloise___argenteuil_30_novembre_2017.pdf) est extrêmement défavorable. Elle soulève beaucoup de sujets mal traités dans le projet, en particulier la circulation et l’énergie. Mais au-delà, elle met en cause la justification même du projet :

« le choix d’implanter le projet sur un site inondable, présentant en outre un potentiel de renaturation (…) au titre du Schéma régional de cohérence écologique (SRCE), dans un secteur déficitaire en espace verts. (…) Le site, inondable aux deux tiers, a été choisi alors que 97,6% de la superficie communale n’est pas inondable » !

La mauvaise nouvelle, c’est que la Commission Nationale d’Aménagement Commercial n’est pas du même avis : elle a validé (https://www.entreprises.gouv.fr/cnac/decisions-la-derniere-reunion-cnac) le projet de centre commercial sur ce site, à 450 mètres de Côté Seine. L’un des membres du comité Jean Vilar a été auditionné au titre de l’association Val d’Oise Environnement, qui avait présenté un recours devant cette Commission ; il en est revenu avec l’impression que le Président de la Commission multipliait les erreurs de fait sur l’urbanisme d’Argenteuil. Cela donnait l’impression que le dossier que nous avions aidé à constituer, n’avait pas été lu.

Puisque nous devrons compter sur nos propres forces, la meilleure des trois nouvelles, c’est que ces forces sont là.

La première réunion publique organisée par le comité Jean Vilar a compté 91 participant·e·s, et quelques absent·e·s avaient tenu à s’excuser !

 

Si l’un ou l’autre de ces chantiers vous intéresse, dites-le nous et restons en contact !

réunion publique du comité Jean Vilar, mercredi 14 février, 20h, à la salle Paul Vaillant Couturier, centre ville

Le Comité Jean Vilar organise une réunion publique mercredi 14 février 2018, à partir de 20h, à la salle Paul Vaillant Couturier (angle rue Pierre Joly – rue Paul Vaillant Couturier, face au McDo).

Nous l’organisons car à la suite des réunions publiques organisées par la mairie, nous nous apercevons que les habitants d’Argenteuil n’ont pas eu les réponses aux questions qu’ils se posaient, qu’ils n’avaient pas eu véritablement l’occasion de se prononcer sur le projet. Ce sera un moment de partage d’informations, de rencontre, et aussi pour envisager la suite, notamment les phases de consultation publique.

Venez nombreux, car signer la pétition c’est bien, continuer de s’informer et prendre la parole c’est aussi bien!

invitation reunion publique 14022018

 

Retour sur les 6 réunions publiques organisées par la mairie. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le sujet ne laisse pas indifférent!

Depuis deux semaines, la mairie organise des réunions publiques dans chaque quartier pour expliquer ses grands projets. Dont le projet Héloïse, qui prend beaucoup de place dans les débats. Soyons, clairs, ce ne sont pas les membres du comité Héloïse qui prennent le plus la parole, mais les habitants. ET que disent-ils ? Leur incompréhension de voir un gros bloc de béton qui bouche la vue. Que le multiplexe va nuire au Figuier Blanc. Que cela fait beaucoup de logements à cet endroit. Que la circulation et le parking seront les principaux perdants. Que les commerces du centre ville seront aussi perdants. Qu’on ne sait pas ce que va devenir cet énième centre commercial dans 20 ou 30 ans, alors que le commerce en ligne progresse chaque jour.

Une chose est certaine : le projet, en l’état, ne permettra pas de résorber la « coupure entre la Seine et la ville », pour reprendre les mots employés lors des réunions publiques. Il est question d’une passerelle qui passerait au-dessus de la RD311, pour déboucher …. sur une péniche – restaurant de l’autre coté de la route 2 x 2voies. En l’état, c’est bien entendu insatisfaisant et ne répond pas à l’objectif initial, la mise en circulation douce de la RD311 n’est pas à l’ordre du jour.

Deux mises au point paraissent nécessaires à l’issue de ces réunions, et surtout la dernière dans le centre ville :

-Plus de 6500 Argenteuillais ont signé la pétition. Leur voix doit être entendue. Il n’est pas question, comme nous l’avons entendu de la part d’un (rare) riverain favorable au projet, que ces pétitions soient dévalorisées puisqu’il serait rare « qu’ une signature égale un habitant » et qu’une signature de pétition serait rarement le fait d’un Argenteuillais. Ce sont quasiment des Argenteuillais qui se sont exprimés, rencontrés à la sortie des écoles primaires, dans les grands axes de circulation, lors des manifestations argenteuillaises. La question du référendum local, posée jeudi soir, peut même se poser vue l’ampleur du mécontentement.

-le coût de la structure provisoire :On nous reproche, lors des réunions publiques, d’asséner des contre-vérités. Plutôt qu’un long discours, voici un article publié le 4 décembre 2017 sur notre site, il montre une capture d’écran du site de marché public de la ville d’Argenteuil, avec les chiffres :

https://jeanvilarargenteuil.wordpress.com/2017/12/04/plus-d-12-million-deuros-pour-la-structure-provisoire-censee-remplacer-temporairement-la-salle-jean-vilar/

il s’agit bien de 1,2 million d’euros (1227407,58 euros exactement) pour la structure métallique. + le coût du chauffage. Pour plus de précisions, nous vous invitons à lire la page internet : http://engagespourargenteuil.fr/post/elephant-blanc-gonflable-2-millions qui précise finement le montage financier de la structure provisoire. Loin du million énoncé jeudi dernier lors de la réunion publique par un intervenant, plus près des 2 millions d’euros. Un surcoût qu’on ne peut négliger d’un revers de main !

L’article du Parisien Val d’Oise du 17 janvier, montre bien l’ambiance, et même la défiance des habitants.  A lire ici: article le parisien 17012018 Argenteuil le projet Héloise ne passera pas facilement

Crue de la Seine: un risque sous-évalué par les promoteurs et la mairie?

 

Nous assistons depuis une semaine à un évènement climatique qui nous impacte à Argenteuil, la crue de la Seine. C’est en fait une répétition de celle de juin 2016, dont on ne sait pas à l’heure actuelle si le niveau de 2016 ne sera pas dépassé cette année.

En 2016, la route départementale RD311 (la 2x 2 voies qui longe les quais de Seine) avait été fermée sur une partie, cette route étant inondée. Les dégâts avaient été limités par le fait qu’aucune structure, à part les salles Jean Vilar et Pierre Dux, ainsi que le marché, n’étaient pas en accès direct avec le fleuve en crue. Au passage, notons que ces endroits avaient été fermés au public temporairement. La plupart des équipements avaient été protégés et situés en hauteur. Une entreprise située en quai de Seine avait ainsi fermé l’accès à son parking souterrain (source: article le parisien 03062016 crue Seine Argenteuil ).

Alors, quelles conséquences pour le projet Jean Vilar, son multiplexe, son hypermarché, ses 150 logements?

Le comité Jean Vilar a toujours défendu l’idée qu’il était déraisonnable de construire un centre commercial et des logements dans une zone inondable.  Projetons nous à la place d’un habitant d’un de ces 150 appartements, une fois l’immeuble construit: en juin 2016, on fermait le marché par mesure de précaution. Dans notre cas, une fois construit, quelles précautions prendre pour les riverains les pieds dans l’eau? Pour sortir les voitures du parking? Car si, selon le promoteur lors de la sa venue au conseil municipal de décembre, le parking des habitants serait en hauteur, celui des commerces serait en sous-sol et inondable. Quelle sécurité cela amène-t-il?Et quel sera impact le fait de creuser en  bord de Seine, et profondément, pour les habitations autour du futur centre commercial?

On voit que la question de  la construction en zone inondable n’est pas qu’une question anodine, elle est pertinente et les réponses (peu nombreuses) de la mairie et du promoteur, ne sont pas à la hauteur de l’inquiétude légitime.

Pour mémoire, la carte postale que nous avons édité (et qui est toujours en vente), toujours d’actualité!

 

carte postale sept 2017 1 les pieds dans l'eau

Pour information, nous continuons à sensibiliser. Ici la semaine dernière pour un évènement organisé par les Cinglés du Cinéma, devant le Figuier blanc, directement menacé par le multiplexe:

photo devant le figuier blanc banderole Comite Jean Vilar Cingles du cinema 18012018

.

Près de 2 ans après le vote de la vente en conseil municipal, la découverte d’une forte compensation financière à 750 000 euros!

Enfin, 20 mois après la délibération du conseil municipal qui autorisait la vente du terrain où se situe la salle Jean Vilar, nous venons d’obtenir un document important, qui, bizarrement, n’avait pas été rendu public, tant sur le site internet de la ville, ni aux  conseillers municipaux. Deux d’entre eux ont dû demander expressément ce document pour en avoir connaissance. Ce document est une clause, dans le protocole de vente.

Que dit cette clause? « Au cas où le vendeur ne régulariserait pas l’Acte de Vente alors même que toutes les conditions suspensives sont réalisées  ou que l’acquéreur y aurait renoncé, le vendeur devra verser à l’acquéreur en réparation forfaitaire de son préjudice, la somme correspondant à 10% du prix de vente hors taxe, à titre de clause pénale, conformément aux dispositions des articles 1226 et 1231-5 du Code civil. »

En d’autres termes: si la commission nationale d’aménagement  commercial casse la décision initiale, si le promoteur Fiminco s’aperçoit que le projet est trop coûteux, si la mairie renonce finalement … , alors, il faudra verser quoi qu’il arrive 10% des 7,5 millions euros  au promoteur Fiminco, soit 750000 euros! Nous sommes ravis de constater que la prise de risque est entièrement à la charge de la ville, et non à la charge du  promoteur de manière équilibrée.

Rappelons que l’arrêt du projet est encore possible: une enquête publique doit voir le jour, la commission nationale d’aménagement commerciale doit rendre un avis dans le 1e semestre 2018 (50% des décisions prises par cette commission en décembre 2018 ont été des refus, stoppant de fait les projets, voir : https://www.entreprises.gouv.fr/cnac/decisions-la-derniere-reunion-cnac).