le 23 novembre, tous ensemble, portons le débat de l’utilité du projet Jean Vilar! Rendez vous au Figuier blanc à 19h30

Le jeudi 23 novembre, le Comité Économique d’Argenteuil se réunit à 20h au Figuier Blanc, pour présenter les projets et ambitions économiques pour la ville d’Argenteuil pour les années prochaines.

Le projet de démolition de la salle Jean Vilar est-il inclut dans ces projets? Dans quelle mesure les habitants ont-ils été concertés, écoutés? Dans quelle mesure le sont-ils puisqu’à ce jour, plus de 5200 Argenteuillais ont exprimé leur désaccord pour cette démolition et ce bétonnage.

Le collectif Jean Vilar appelle donc les Argenteuillais à se saisir de cette réunion pour expliquer aux acteurs économiques pourquoi nous ne voulons pas de ce projet gigantesque, qui va dénaturer notre entrée et cœur de ville, pourquoi les associations y seront perdantes à coup sûr, pourquoi l’impact environnemental sera négatif.

Nous donnons rendez-vous à 19h30 jeudi 23 novembre pour engager les discussions devant le Figuier Blanc.

 

Publicités

5208 signataires: pari réussi… maintenaint il faut obtenir gain de cause

5208 signataires ont été recensées, 5208 Argenteuillais qui demandent la rénovation de la salle  Jean Vilar. A l’heure où les premiers repérages e géomètres ont lieu, la mairie et le promoteur ne peuvent plus passer sous silence la voix de plus de 5000 personnes pour demander ce qui est le plus logique: la rénovation de la salle Jean Vilar et le refus de ce gros complexe soit-disant culturel mais qui est d’abord une vitrine commerciale, à coup de tonnes de béton, parkings géants en zone inondable, immeubles qui défigureront la façade vers la Seine, et cela au détriment des Argenteuillais, des commerces, de son cinéma.

La prochaine étape: le 23 novembre à 19h30: si vous souhaitez participer à notre mouvement, retenez bien cette date, nous reviendrons dessus assez vite!

Ci-après, l’article du Parisien Val d’Oise qui traite de l’avancée de la pétition et du formidable accueil qu’elle reçoit.

article le parisien 10112017 5208 signataires

 

Quand le cabinet d’architecte mandaté par Fiminico dévoile un 1e jet du projet de centre commercial

Nous avons eu la bonne surprise de voir , sur le site d’un cabinet d’architecte, une 1e mouture, assez floue tout de même, de ce que sera le complexe  commercial qui est censé remplacer la salle Jean Vilar: à droite l’image agrandie, mais de mauvaise qualité!

On peut deviner assez rapidement comment cette tour va défigurer l’entrée de ville, notamment en privant de lumière la partie droite de la photo (boulevard Héloïse).

En attendant d’autres plans, d’autres photos, et éventuellement une réunion publique sur le sujet, pour laquelle à ce jour dimanche  5 novembre 2017, nous n’avons aucune nouvelle.

adresse du site internet où nous avons trouvé la photo:

http://www.rrcarchitectes.fr/news/news.php

la réponse du maire d’Argenteuil: la restitution

Voici la prise de parole du maire d’Argenteuil, relative au  « dossier Jean Vilar », en réponse à la lettre que le conseiller municipal Frédéric Lefebvre-Naré lui a transmis lors du dernier conseil municipal d’Argenteuil:

à défaut d’avoir ce jour une version écrite du maire, ceci est une restitution la plus fidèle  que nous ayions de ses propos tenus lors du dernier conseil municipal, ceci pour que chacun se fasse une idée du projet Jean Vilar

Nous voulons, dit M. Mothron, « créer un parcours, un véritable circuit de qualité qui mette en relation le cœur de ville, Côté Seine, le parc des Berges, le marché Héloïse et les berges de Seine.

Un lieu de partage ensuite : la requalification de l’espace public, la création d’un grand parvis piéton, l’aménagement d’une promenade piétonne et sécurisée, l’implantation de nouveaux équipements ouverts à tous — cinéma, salle de spectacles, restaurants, commerces — vont multiplier les occasions de se rencontrer sur le site Héloïse.

On viendra désormais sur cet espace pour se divertir, pour faire des achats, ou simplement une promenade.

Sur la conservation d’un maximum d’arbres présents :

Le projet a effectivement été conçu avec comme objectif la préservation d’un maximum d’arbres présents sur site… dans la mesure du possible.

La réflexion autour de cet objectif a conduit à établir une stratégie environnementale globale ambitieuse, notamment autour de deux points : le développement de la biodiversité, et l’infiltration des eaux pluviales[1].

Vilar_Jardin1.png

Le premier point, le développement et la biodiversité, est assuré :

Par le nombre d’arbres de petit à très grand développement que comporte le projet. En effet, si le Plan Local d’Urbanisme en vigueur impose la création de 45 arbres et arbustes, si le terrain actuel comporte 75 arbres et arbustes, le projet prévoit la plantation de 224 arbres de petit à très grand développement[2], soit 3 fois le nombre d’arbres existant actuellement, et 5 fois le nombre imposé par le Plan Local d’Urbanisme[3].

D’autre part, par la diversité des espèces que comporte le projet. En effet, le projet prévoit la mise en place de tables arbustives, d’arbres à fleurs en mélange de hauteurs, allant jusqu’à 6 mètres, d’arbres à grand développement, en mélange de hauteurs également, allant jusqu’à 10 mètres[4], d’arbres fruitiers, de pins, de hauteur variable.

Ces arbres et arbustes viennent d’ajouter à une importante palette végétale composée également de vivaces, de graminées, de bouquetiers ainsi que de plantes potagères, offrant dans les différentes terrasses autant de milieux favorables au développement de la biodiversité en ville. Deuxièmement, afin de concilier biodiversité et gestion des eaux pluviales, le projet propose la création d’un grand nombre de terrasses végétalisées : en particulier, 75% des terrasses non accessibles seront végétalisées[5], et d’autre part 47% des terrasses accessibles seront végétalisées, avec pour chacun de ces deux types de terrasses, une hauteur de terre de plus de 40 centimètres.

Sur la réalisation de commerces en continuité avec le circuit marchand du centre ville, et la non-concurrence avec Côté Seine et les commerces existants :

Le projet s’intègre à double titre avec son environnement.

D’une part, une continuité physique : le projet va permettre de requalifier l’entrée de ville d’Argenteuil et de créer le parcours manquant entre le marché et l’avenue Gabriel Péri, le réaménagement du carrefour Héloïse-Péri, qui permettra une traversée aisée et sécurisée des piétons[6], et ainsi de créer un circuit marchand de cœur de ville complet comprenant les rues marchandes, Péri, Paul-Vaillant-Couturier, le centre commercial côté Seine, le projet et le marché Héloïse.

Carte_etat_major.jpg

La proximité spatiale du projet permet également d’intégrer des équipements municipaux majeurs au sein de ce circuit[7] : la Maison des Jeunes et de la Culture, la Maison de Quartier, le Conservatoire, etc. etc.

D’autre part une complémentarité d’offre.

Le postulat de départ est simple : l’offre existant aujourd’hui dans le centre ville d’Argenteuil ne permet (pas) de retenir une évasion commerciale colossale, 250 M€ aujourd’hui soit près de la moitié des dépenses des habitants d’Argenteuil, alors même que la ville est l’une des plus peuplées d’Ile-de-France.

La programmation a été élaborée en prenant en compte les niveaux d’évasion sur chacun des secteurs d’activité, et propose une mixité de commerces[8].

De la mode bien sûr, mais seulement sur un tiers de la surface, et avec objectif d’attirer des enseignes complémentaires de l’offre de Côté Seine, et de mettre en place les conditions nécessaires pour faire revenir celles qui nous ont quitté ou qui ont quitté le cœur de ville ces dernières années.

De l’alimentaire, sur un format adapté au centre ville. L’arrivée d’une enseigne généraliste permettra de proposer aux consommateurs une nouvelle offre plus en adéquation, en termes de prix, avec le pouvoir d’achat des habitants d’Argenteuil, par rapport aux enseignes Géant Casino et Monoprix, aux indices de prix élevés aujourd’hui[9].

Une large part de la surface sera dédiée aux autres secteurs d’activité, aujourd’hui absents au cœur de ville : le sport, les loisirs, la décoration[10], un cinéma mais on en a déjà parlé, de nouveaux concepts de restauration.

Sur les places de stationnement :

Le projet compte 594 places de stationnement voiture[11], et 184 places de stationnement 2-roues, ouvertes au public, dédiées aux futurs visiteurs et clients du site.

Fiminco_croquis2.jpg

Les logements comportent un parking distinct, en superstructure[12].

Le parking fonctionnera comme un parking public, et offrira une période de gratuité limitée pour les visiteurs, afin de limiter les phénomènes de véhicules-ventouse.

Lors des manifestations de grande envergure, accueillant un public important, une offre de stationnement complémentaire sera possible grâce au parking public situé à moins de 300 mètres sous le centre commercial Côté Seine, et aujourd’hui sous-utilisé[13].

J’en profite également pour proposer au groupe de travail formé avec l’opposition de se réunir à nouveau. Il ne s’est plus réuni depuis la dernière fois[14], par manque de grain à moudre. Mais suite aux différentes avancées récentes du projet, je crois important de fixer une nouvelle date de réunion, que mon cabinet proposera à M. Doucet dans les jours qui viennent.

Nous aborderons à cette occasion le sujet de la réunion publique,…

qui a dû être repoussée[15] suite aux différentes CDAC successives, où notre projet a été très largement approuvé à chaque fois. »

 

notes personnelles de Frédéric Lefebvre-Naré:

Notes

[1] Infiltrer les eaux, quelle grandiose ambition stratégique ! Et donc, les arbres seront abattus. Certains ont plus de 150 ans…

[2] La notion n’est pas définie légalement à ma connaissance, mais apparemment, cela veut dire un arbre montant à plus de 30 mètres. Attendez la suite !

[3] À se demander pourquoi la Ville a préparé une première version du PLU limitant l’obligation à 22 ou 23 arbres sur le site.

[4] Qu’est-ce qu’un « arbre à grand développement » ? Par définition, une espèce d’arbre dont la hauteur atteint au moins 15 mètres à l’âge adulte ! Mais aussi… bien souvent un arbre en pot ou sur dalle. Tout cela n’assure aucun arbre de pleine terre !

[5] Non accessibles… et sans doute non visibles, indiquait le commissaire-enquêteur : « il parait préjudiciable à la qualité de vie des Argenteuillais d’abaisser à ce point les règles sur les espaces verts. S’il est louable, d’un point de vue « écologique » de végétaliser les toits terrasses, celles-ci ne sont ni accessibles au public ni visibles. » (p. 33 de son rapport)

[6] Franchement : on construirait à 45 mètres de haut pour pouvoir repeindre les passages piétons ?!

[7] Si quelqu’un peut m’expliquer la signification pratique de cette phrase ? S’il n’y a pas de continuité marchande entre le centre ville et la Seine, c’est justement parce que l’ancien bord de Seine (boulevard Héloïse) était fait de grands logements d’une part, d’équipements publics d’autre part !

[8] Donc, bien sûr, les commerces seront ceux qui provoquent 100% d’évasion parce qu’ils sont absents d’Argenteuil, ceux annoncés en 2016 : un grand magasin de bricolage, une jardinerie, une très grande librairie type Fnac. Oui ? Lisez la suite.

[9] Nos lecteurs ou lectrices qui prévoyaient un centre commercial plus haut de gamme que Côté Seine qui leur semblait infréquentable, en seront pour leurs frais. Ce sera l’inverse.

[10] Ah ben non. Pas de multimédia annoncé, ni de bricolage, ni de jardinerie. Ils semblaient pourtant encore au programme, sur une petite surface, le mois dernier.

[11] Le projet de multiplexe seul sur le terrain Pathé (actuel Parc des Berges), plus proche du parking Côté Seine, prévoyait pourtant plus de places de parking : 750 !

[12] Que signifie cette précision ? Que le parking du centre commercial serait en souterrain ? Alors que le PLU l’interdit et que, comme dit M. Savry, « quand on creuse on trouve la Seine » ?

[13] Si je traduis : « pour les manifestations associatives, le parking gratuit à côté, vous pouvez l’oublier », j’ai bon ?

[14] J’invite nos lecteurs à bien peser les immenses implications de ce début de phrase.

[15] Oh là là ! M. Péricat avait bien été mal informé ! Comme c’est malheureux.

] Oh là là ! M. Péricat avait bien été mal informé ! Comme c’est malheureux.

Le comité demande une entrevue avec Madame la sous-préfète d’Argenteuil

Cette semaine nous avons déposé en sous -préfecture, une demande d’entretien avec Madame la Sous-Préfète d’Argenteuil. Nous souhaitons nous entretenir avec elle quant à la réalité de ce projet, lui indiquer une réalité, à savoir qu’un nombre sans cesse plus important d’Argenteuillais est hostile au projet de démolition. Chaque jour où les membres du comité organisent une action d’information auprès de la population, les gens découvrent le projet et signent la pétition pour signifier leur refus de voir démolir la salle Jean Vilar et de voir ce paysage transformé, dénaturé.

Par ailleurs, nous signifions dans la lettre le fait que le schéma régional d’aménagement, le SDRIF, ne semble pas avoir prévu de construire autant sur une si petite surface, à cet endroit.

Enfin, nous demanderons pourquoi une 2e enquête publique, relative au parking, a été programmée, puis déprogrammée (voir articles précédents du blog).

Nous reviendrons sur les suites de cet entretien, dont on espère au moins qu’il puisse se réaliser…

demande entrevue à Mme la sous-prefete 07102017

Enfin ,le maire d’Argenteuil prend la parole pour se justifier sur l’évolution du dossier de la salle Jean Vilar!

Mardi 10 octobre avait lieu le conseil municipal de la ville d’Argenteuil.

Frédéric Lefebvre-Naré, vice-président du comité, a transmis au maire une question orale au maire. M. Mothron a donc lu cette lettre, comme le veut le règlement, et y a répondu.

Voici la question:

Monsieur le Maire,

Avec le comité Jean Vilar, qui défend notre île Héloïse, son caractère public et sa convivialité, nous sommes allés à la rencontre de milliers d’Argenteuillais : pour la grande majorité, ils ont découvert par nous la vente de l’espace Jean Vilar à un promoteur, la destruction de la salle annoncée pour février, et le projet de pôle de logements, de commerce, de cinéma et de spectacles.

Nous avons pu constater l’attachement général des Argenteuillais à tout ce que nous vivons ensemble sur cet espace de passage et de partage.

Ils trouvent inimaginable que les arbres plus que centenaires soient voués à l’abattage, et que soit planifiée une construction d’une immensité inédite dans le centre ville, la hauteur de 14 étages sur 2200 m2 au sol.

Quand ce Conseil s’était prononcé sur la vente, puis avait auditionné le promoteur,

* vous vous étiez engagé, Monsieur le Maire, à ce que « un maximum d’arbres présents sur le site soient préservés »,

* vous vous étiez engagé à réaliser les commerces « en continuité du circuit marchand du centre ville », et non en concurrence avec Côté Seine et les commerces existants ;

* vous vous étiez engagé pour que les places de stationnement soient, « naturellement, ouvertes au public », nous comprenons bien sûr : le public des spectacles et manifestations associatives ;

* vous vous étiez engagé à organiser une réunion publique consacrée à ce projet (en mars 2017, aviez-vous dit).

Afin d’éclairer les Argenteuillais sur l’alternative entre votre projet, et celui de rénovation de Jean Vilar dans un cadre public, que nous défendons, pouvez-vous indiquer à ce Conseil quelles dispositions vous avez prises pour que ces quatre engagements soient tenus ?

La réponse de M. Mothron, en résumé (10 minutes en vidéo, disponible si besoin):

« l’aménagement du projet va mettre en relation le cœur de ville, le Parc des Berges et les berges de Seine… un grand parvis piéton, une promenade piétonne et sécurisée, les équipements ouverts à tous, vont multiplier les occasions de se rencontrer.

Le projet avait pour objectifs la préservation d’un maximum d’arbres… dans la mesure du possible… Nous avons développé une stratégie ambitieuse de biodiversité et d’écoulement des eaux pluviales. Le projet prévoit la plantation de 5 fois le nombre d’arbres imposé par le PLU. Le projet prévoit des arbres en mélange de hauteurs, jusqu’à 10 mètres…

60% des terrasses non accessibles et 47% des terrasses accessibles seront végétalisées avec plus de 40 cm de hauteur de terre.

Concernant la concurrence avec le commerce de centre ville, le projet créera le parcours manquant entre le marché et Gabriel Péri, avec une traversée sécurisée des piétons. Des équipements majeurs, la MJC, le Conservatoire, s’intégreront dans ce circuit.

L’évasion commerciale est colossale, 250 Millions d’euros… La programmation propose une mixité de commerces : magasins de mode sur 1/3 de la surface, alimentaire sur un format adapté au centre cille avec une enseigne généraliste, offre plus en adéquation en termes de prix au pouvoir d’achat des Argenteuillais, que Géant et Monoprix, aux prix élevés.

Le projet compte 594 places de stationnement voiture ouvertes au public ; les logements possèdent un parking distinct, en superstructure. Le parking sera public, avec gratuité sur une durée limitée afin de limiter le phénomène des voitures ventouses. Pur les spectacles importants, le parking Côté Seine aujourd’hui sous-utilisé sera mobilisé.

Le maire propose de réunir de nouveau le groupe de travail associant l’opposition, nous aborderons à cette occasion le sujet de la réunion publique qui a dû être reportée suite aux CDAC successives. »

 

 

 

Mais pourquoi donc une 2e enquête publique sur le parking? Jusqu’où s’arrêtera-t-on?

Nous venons de voir apparaître, sur le site internet de la mairie d’Argenteuil, ce bandeau indiquant:

Capture site ville Argenteuil report enquete publique PLU parking Jean Vilar SEPT 2017

car vous ne le saviez peut-être pas, mais une 2e enquête publique a été ordonnée, dont voici une bien mince publicité dans le journal de la ville (page 27 du numéro 262 de septembre 2017, colonne de droite):

encadre Argenteuillais 262 enquete publique Jean Vilar

 

Pourquoi donc une 2e enquête publique?  La 1e, qui incluait tout le périmètre de l’ilôt (le rectangle entre le pont, la RD311, le boulevard Héloïse et le marché), avait déjà montré qu’une centaine d’Argenteuillais, quasi unanimement, s’étaient exprimés conte le projet,et ce malgré le manque de publicité évident (absence de réunion publique, pas d’échange direct entre les élus et les habitants, pas de plateforme d’échange sur internet). Voudrait-on nous imposer une autre version du projet « culturel » et commercial encore? Pourquoi sur le parking uniquement? Propose-t-on de construire le parking aussi sur 45 mètres de hauteur ? Ou propose -t-on de l’enterrer, si près de la Seine en zone inondable et encore récemment inondée? Les Argenteuillais doivent savoir , et le Comité Jean Vilar fera ce qu’il faudra pour se faire entendre!

 

 

Merci aux 1700 Argenteuillais(e)s qui ont signé la pétition

1700. Vous êtes à l’heure actuelle 1700 à avoir signé la pétition pour la fin du projet fou d’immeuble – multiplexe – supermarché. C’est bien, mais nous pouvons faire encore mieux.

Pour celles et ceux qui n’ont pas eu la pétition en format papier, vous pouvez aussi signer en cliquant sur ce site:  https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/renovons-jean-vilar-salle-fetes-publique/25289

Merci aux participants et aux membres du comité qui se sont déplacés lors de l’inauguration de la Halle des sports ce samedi , puis dans le centre ville, pour aller à votre rencontre, continuer d’informer.

 

 

 

 

La pétition pour demander l’arrêt du projet de destruction de la salle Jean Vilar

A la demande de beaucoup d’Argenteuillais, voici la pétition sous deux formats:

 

en version papier: à vous de l’imprimer, et de faire circuler: pétition comité Jean Vilar sept2017

ou en ligne: https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/renovons-jean-vilar-salle-fetes-publique/25289?signature-list=true

N’hésitez pas à nous contacter pour nous remettre les pétitions afin d’organiser un moment symbolique, et pour que vous soyiez informés de la suite des opérations!

plus de 500 signatures pour demander le retrait du projet

Nous sommes plus de 500 Argenteuillais qui ont signé la pétition pour demander le retrait du projet Héloïse. Les discussions avec les Argenteuillais lors du forum des associations samedi dernier ont bien mis en évidence la surprise, et la volonté de rejeter  ce projet. Plus que jamais, faisons signer cette pétition!

article le parisien 12092017 Argenteuil 500 signatures pour le comité favorable à la rénovation de Jean Vilar