Contributions

Quel avenir pour le Centre Commercial Cap Héloïse s’il était construit ?

par Bernard Rols

Les modes de consommations changent.

Les achats sur internet et le e-commerce progressent de façon exponentielle. Nous n’avons plus besoin de nous rendre dans notre hypermarché de quartier. Nous pouvons commander nos courses sur internet et les faire livrer à domicile.

Divers scandales alimentaires (la vache folle, les lasagnes à la viande de cheval, le lait contaminé) nous ont effrayés sur ce que nous mangeons réellement. Les circuits courts sont désormais privilégiés. Des sites comme « La ruche qui dit oui » mettent en relation directe les producteurs locaux et les consommateurs ; vous commandez votre panier de produits frais et vous le récupérez dans un local proche de chez vous.

Le commerce en ligne et le «manger mieux» sonnent-ils le glas des hypermarchés ?

Aux Etats-Unis, 400 centres commerciaux jugés non rentables ont fermé ces dernières années du fait du développement du commerce par internet.

Georges Mothron déclare que l’évasion commerciale sur Argenteuil s’élève à 320 millions d’euros car l’offre commerciale aurait disparu dans notre ville. Cap Héloïse ramènerait les Argenteuillais et Argenteuillaises vers une consommation locale.

La concurrence est forte à l’extérieur d’Argenteuil et nous pensons qu’elle le restera pour nos quartiers périphériques car située à proximité des dits quartiers.

Tous comme le centre commercial de la Défense pour ceux et celles qui parmi nous travaillent à la Défense, ou la nouvelle zone commerciale de la gare St Lazare pour les usagers de la ligne J, resteront de sérieux concurrents au commerce local.

Affirmer, alors, que les Argenteuillais et Argenteuillaises consommeront à nouveau localement est une utopie, si ce n’est un mensonge pour justifier l’implantation d’un centre commercial sur l’ile Héloïse qui ne sera en fait que le nouvel emplacement de l’Intermarché de la Basilique.

Le Comité Jean Vilar et de nombreux habitants s’interrogent sur la rentabilité à moyen (5 – 10 ans) et long termes (+ 10 ans) de Cap Héloïse ?

N’allons-nous pas remplacer les friches industrielles qui ont enlaidi notre ville pendant des décennies, par de futures et très probables friches commerciales ?

Publicités